Bandeau
Lycée André Cuzin Caluire
Slogan du site

Le lycée des métiers de la construction et de l’habitat durables André Cuzin à Caluire 69 propose des formations aux métiers du bâtiment, du CAP au Bac Pro dans les filières de l’énergie, l’électricité, la maçonnerie, la menuiserie, les finitions (peinture) et de l’économie du bâtiment.
Le lycée accueille aussi une classe de troisième prépa pro et une classe relais.

Terminales IS et PAR : notre confinement
Article mis en ligne le 9 juin 2020
dernière modification le 16 juin 2020

En lettres avec Mme Mansour et en arts appliqués avec Mme Migraine George, des élèves de terminale CAP Installateur Sanitaire et Peintre Applicateur de Revêtements, reviennent sur leur confinement.

ECRIRE NOTRE CONFINEMENT
A partir d’un travail individuel d’écriture de 15 minutes, production d’un texte collectif :

2IS présents : Eliezer, Dylan, Mamoudou, Mohamed et Patrick

Pandémie qui se promène, qui voyage dans le monde. Temps suspendu comme figé. Calme et sérénité. La ville se retrouve et se redécouvre à l’échelle du kilomètre et de l’unique heure de sortie autorisée. Tous les jours se ressemblent, répétition monotone…. C’était long, long très long, bizarre, une autre vision du monde. Tout a basculé d’un seul coup.
Sentiments contrastés :
Ce fut très difficile de rester seul à la maison sans voir les amis et les profs, impression d’abandon, de solitude. Étrangeté, Énervement, solitude. Dure étape. Difficile de faire les devoirs seul surtout au début.
Confinement nécessaire pour lutter contre la maladie dangereuse et mortelle : il est accepté et non subi. Il y a eu des moments de bonheur aussi. C’était si calme que les oiseaux étaient plus forts que les voitures... La nature a repris ses droits : les animaux pouvaient vivre sans crainte. Bénéfique aussi les épreuves redoutées qui sont annulées surtout l’anglais et la technologie. Chacun était là mais à distance : on se sentait heureux avec les visios. Toujours en mouvement, toujours en action. On ne s’ennuie pas en famille. Pratique du sport chaque jour. Finalement pas si gênant.

L’annonce du déconfinement a libéré. Sorties à Lyon. Rendez-vous.
C’est triste de ne pas faire le stage, de voir le nombre de morts frappés par le virus, les difficultés économiques de la France. On ne reverra plus la France que l’on a connue autrefois. Deux mois INOUBLIABLES.

2PAR présents : Mohamed, Ibrahim, Plamedi, David, Ayoub, Yasmina, Ibrahima

Au début, on pense qu’il ne va pas durer le confinement. L’affaire d’un court moment : donc on est confiant et même content de ces vacances imprévues. Mais ça dure, dure, dure et dure encore. Deux longs et difficiles mois confinés, les émotions sont complexes. On se sent de plus en plus isolés. Comment occuper tout ce temps ? Lire, regarder les journaux télévisés jour et nuit, Netflix, faire les devoirs et des jeux vidéo, dormir, se déplacer avec des attestations de sorties - encore plus difficile quand on n’a pas d’imprimante. Marqueurs d’un quotidien immobile. Le temps passe toujours plus lentement dans une vie et une ville désertes. Pas de sorties, pas d’école, pas de transport en commun, pas de travail, pas de foot avec les amis, pas de nouvelles des proches : toute activité à l’arrêt. On est privé de notre fin d’année scolaire sans les amis, les profs et les surveillants. C’est bizarre. Nuits difficiles. Solitudes. Quotidien bouleversé. Entraves. Sentiment d’être en prison. Plus de vie normale. Le manque de vie sociale. On est nerveux. Sorte de fin du monde.
Tristesse pour tous ceux qui sont touchés par le virus. On ne le souhaite à personne. Perte d’un ami. Pensées tristes pour ceux qui nous ont quittés et reviennent dans notre présent car on a tellement le temps d’y penser. Douleur. Cycle éternel des virus qui reviennent tous les 100 ans. Peur d’un nouveau confinement.
Deux longs mois dans le calme pour se connaitre un peu mieux : la solitude ouvre le regard. Deux longs mois pour passer du temps en famille. Deux longs mois pour faire du sport dans la chambre et se maintenir en forme, dessiner, vivre le Ramadan tranquillement et ressentir la solidarité chaque soir à 20 heures, applaudissements à la fenêtre.
Un virus qui a mis le monde à genoux. Durant 55 jours la France a changé. On a perdu nos anciennes habitudes. Chacun de nous a adopté une nouvelle vie. Le monde de nos ancêtres a changé et notre génération est devant l’inconnu. Retrouver la vie d’avant : impossible de rester ainsi. Aujourd’hui heureux de retrouver les profs et les amis ! Au revoir coronavirus !


Les dessins ont été réalisés par David K.


Contact Espace rédacteurs RSS

2010-2020 © Lycée André Cuzin Caluire - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.3.8